Beigbeder, celui qui m’a redonné goût à la lecture

Beigbeder, celui qui m’a redonné goût à la lecture

Frédéric Beigbeder, ce texte est un remerciement sincère pour m’avoir redonné goût à ce petit plaisir que j’ai laissé trop longtemps de côté: lire.

Et oui, depuis mes trois années d’études dans le supérieur, j’ai délaissé cette activité. Par manque de temps? Par manque d’envie? C’est un peu le condensé de ces deux excuses qui m’a éloigné des livres. Evidemment, nous passons nos journées à lire, que ce soit dans les rues, sur notre ordinateur, notre smartphone, et j’en passe, et j’en passe. Mais ce plaisir d’aller en librairie (ou à Cultura) et d’y rester un moment à la recherche de la pépite [qui me donne envie de rester chez moi au lieu de sortir] est incomparable. Bref, ça m’avait manqué.

Mais pourquoi les romans de Beigbeder et pas quelqu’un d’autre?

Disons, que c’était un peu le destin, le karma. Non, n’abusons pas, mais il y a bel et bien une explication à ce pourquoi. J’ai re-re-regardé il y a peu les films « 99 Francs » et « L’idéal« . Films adaptés des livres de Frédéric Beigbeder. Ce sont un peu les caviars des étudiants en com ou en pub (impossible d’y échapper). Du coup, souvent après avoir regardé les films, je ne peux m’empêcher de dégoter les livres pour avoir des détails supplémentaires ou tout simplement me replonger dans l’histoire. Et puis, Frédéric Beigbeder, on l’aime bien, que ce soit lors de ses chroniques sur France Inter, ou encore lors de son passage hilarant dans les Recettes Pompettes. Bref, Frédéric Beigbeder, on a envie tout simplement de le lire.

99 Francs, L’idéal, L’amour dure trois ans, L’égoïste romantique,…

Livres Beigbeder
Livres de Beigbeder ©L’Oeil d’Hélène

Ce que j’apprécie beaucoup dans les bouquins de Beigbeder, c’est son style d’écriture. Un langage courant qui me plait. De belles phrases qui me touchent. Un franc parlé que j’apprécie. Je regrette parfois de ne pas l’avoir lu plus tôt, d’avoir attendu si longtemps pour m’être décidée à choisir ses livres à la librairie. Ce qui me frustrait dans mes dernières lectures, c’était le fait que je n’arrivais pas à entrer dans l’histoire. Ce qui stoppait l’envie de poursuivre la lecture. Tandis que là, avec monsieur Beigbeder, une fois le livre entre les mains, je me suis rapidement imprégnée de l’histoire, attachée rapidement aux personnages. On ne veut pas que le livre s’achève. J’ai notamment été frustrée que la lecture se finisse pour « L’amour dure trois ans« . A la limite de vouloir recommencer à la première page pour rester auprès des personnages.

Conclusion : Merci

Bien que mes mots fourchent, que mes phrases ne sont pas très claires, j’espère que vous l’auriez compris : je me suis remise à la lecture grâce à Beigbeder. Alors merci. Mes années de lycées m’avaient un peu écœurées des œuvres littéraires, à la recherche de la signification de chaque mot, chaque phrase.  Mais maintenant que je me suis remise à lire par plaisir, je compte bien continuer la série des Beigbeder, mais aussi de (re)découvrir les classiques de la littérature.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Une réaction au sujet de « Beigbeder, celui qui m’a redonné goût à la lecture »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *