Vérino, Tano, Bostelli : un trio d’humoristes de passage à Strasbourg

A Strasbourg, on sait rire de tout (et même de nous). Ce n’est pas pour rien que le Festival d’Humour « Drôles de Zèbres » s’est installé dans l’eurométropole, à l’auditorium de la Cité de la musique et de la Danse, du 25 au 28 avril 2017. Pour son 15ème anniversaire, de nombreux humoristes ont été conviés à la fête : Kamini, Jarry, Antonia, et j’en passe. Mais j’ai décidé de prendre ma place pour la soirée « Coups de coeur » du Festival, avec comme guest Vérino, (qui débarquait pour la première fois à Strasbourg !) accompagné de Tano et David Bostelli. Un show frais, au coeur de l’actualité mais pas que,et qui fait du bien par ces temps. Alors, si tu n’as pas pu te déplacer (parce que Strasbourg c’est à des kilomètres de chez toi…ou parce que tu as eu la flemme de bouger de ton canapé), ou que tu n’as pas entendu parler de ce Festival, tu es bien tombé sur cet article (pour te rendre compte que t’as raté quelque chose).

A la découverte de… Montmartre

Après un premier article sur ma ville strasbourgeoise, voici un nouvel article sur un de mes quartiers favoris de Paris: Montmartre. Me rendant de temps à autre à Paris, je ne passe jamais à côté de ce quartier. Tellement vivant, et procurant pourtant une telle sérénité. Ce quartier est un réel coup de coeur, et depuis bien longtemps. Revenons quelques années en arrière, lorsque pour la première fois, je regardais Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain. Et oui, tout vient de là. Le film réalisé en partie dans ce 18ème arrondissement m’a touché de part sa beauté, ce cadre bien parisien que propose Montmartre. Mais après avoir visité le quartier, je peux vous dire que le film ne montre qu’une partie de ce quartier aux multifacettes. Et si je vous proposais mon parcours et mes petits coups de coeur de Montmartre? Cet article sera sûrement mis à jour lors de mes futures escapades, mais commençons avec mes premières adresses.

A la découverte de… Strasbourg

Strasbourg,située dans l’est de la France, est une petite métropole de 272 000 habitants. Capitale de l’Alsace, elle est connue pour son fameux marché de Noël et sa grande (et belle) cathédrale. Les gens y sont chaleureux et accueillants. Les accents alsaciens fusent dans tous les coins. Les touristes japonais se promènent dans toutes les rues. En fait, Strasbourg c’est un peu un mini-Paris où les trams remplacent les métros. Strasbourg, c’est aussi un peu un mini-Amsterdam avec ses nombreuses pistes cyclables (et la joie de se faire voler son vélo…). En fait, Strasbourg, c’est les côtés positifs des grandes et belles villes. Après trois ans passées ici dans mon petit studio d’étudiante, je te propose de te livrer les adresses qui te permettront, toi touriste (ou toi qui aimerais redécouvrir Strasbourg façon Hélène), de découvrir cette ville. Hopla Geiss !

Damien Saez, un concert où l’on ressort le poing levé

Damien Saez, artiste de toutes les générations, a fait un petit détour du côté de l’Alsace. En effet, en ce mercredi 8 mars, il jouait sur la scène du Zénith de Strasbourg. Est-ce encore utile de présenter cet artiste engagé? Damien Saez, en quelques mots, c’est : poing levéJeune et Conartiste incompris – et pourtant tant aimé. La dernière fois qu’il interprétait ses morceaux ici, c’était il y a 4 ans. Je me rappelle avoir beaucoup regretté de ne pas pouvoir y assister. Alors, cette année, impossible d’y échapper.

Beigbeder, celui qui m’a redonné goût à la lecture

Frédéric Beigbeder, ce texte est un remerciement sincère pour m’avoir redonné goût à ce petit plaisir que j’ai laissé trop longtemps de côté: lire.

Et oui, depuis mes trois années d’études dans le supérieur, j’ai délaissé cette activité. Par manque de temps? Par manque d’envie? C’est un peu le condensé de ces deux excuses qui m’a éloigné des livres. Evidemment, nous passons nos journées à lire, que ce soit dans les rues, sur notre ordinateur, notre smartphone, et j’en passe, et j’en passe. Mais ce plaisir d’aller en librairie (ou à Cultura) et d’y rester un moment à la recherche de la pépite [qui me donne envie de rester chez moi au lieu de sortir] est incomparable. Bref, ça m’avait manqué.

2 days in Paris, 2 one-man-show

Paris, capitale de la mode, de l’amour… et du one-man-show (selon les sondages que j’ai réalisé auprès de moi-même)! A chaque coin de rue , impossible de ne pas croiser une salle de spectacle. Casino de Paris, le Point Virgule, les Folies Bergères, la Cigale, Théâtre de Paris (et j’en passe) ont croisé mon chemin lors de mon aventure parisienne durant ces vacances de Noël. Etant donné que je passais quelques jours sur Orléans et Paris, il m’était inconcevable de ne pas assister, dans une de ces fameuses salles, à au moins un one-man-show. Ainsi, Jonathan Lambert et Anthony Kavanagh auront été les premiers à me faire découvrir les scènes parisiennes. Retour sur ces deux soirées.